Bâtiments bois basse consommation

La RT 2012 généralise la basse consommation

La réglementation thermique 2012, définie par la loi sur la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, va remplacer la RT 2005 dès le mois d’octobre 2011. Son objectif : limiter la consommation d'énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWh.ep/m²/an en moyenne. Elle introduit également de nouvelles exigences, notamment en termes d’efficacité énergétique du bâti et de confort d’été.

Noter cet article :

12345

Tous les bâtiments neufs seront concernés

La RT 2012 sera applicable à tous les permis de construire déposés à compter du 28 octobre 2011. Et ce, pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, du secteur public et les bâtiments à usage d'habitation construits en zone ANRU (zones géographiques « sensibles » où la TVA applicable descend à 5,5 %).

Pour tous les autres types de bâtiments neufs, la RT 2012 prendra effet à partir du 1er janvier 2013.

Trois coefficients pour trois exigences de résultats

La RT 2012 reprend le niveau de performance énergétique définit par le label BBC-Effinergie et suit trois exigences de résultats :

  • L'efficacité énergétique du bâtiment,définie par le coefficient «Bbiomax» (besoins bioclimatiques). Ce coefficient vise à limiter au maximum les pertes énergétiques de l'enveloppe thermique et à favoriser la lumière naturelle. L'isolation, la conception bioclimatique et les surfaces vitrées sont au cœur de ce coefficient. Il se base sur une valeur moyenne, qui varie en fonction de la localisation géographique, de l'altitude et de la surface des logements.
  • La consommation énergétique du bâtiment, définie par le coefficient «Cep max » (consommation d'énergie primaire). Cette exigence impose une consommation maximale de 50 kWh.ep/m²/an en moyenne pour 5 usages : le chauffage, l'eau chaude sanitaire(ECS), le refroidissement, l'éclairage, les auxiliaires (pompes et ventilateurs). Ce plafond reprend celui du label « BBC ». La valeur du « Cep max » varie en fonction de la localisation géographique, de l'altitude, de la surface moyenne des logements et des facteurs de conversion d'énergie finale (ef) en énergie primaire (ep) des énergies utilisées (l'électricité est fortement pénalisée par un coefficient de 2,58 alors que le bois est à 0,6 et le gaz à 1).
  • Le confort d'été dans les bâtiments non climatisés, défini par le coefficient « Tic ref » (température intérieure conventionnelle). Il exige de ne pas dépasser une température de référence dans les locaux, au cours d'une séquence de 5 jours très chauds.

La performance énergétique au cœur de la conception

La mise en place de la RT 2012 va entraîner le développement de la conception bioclimatique du bâtiment, de solutions d'isolation, mais aussi d'équipements énergétiquement performants et tournés vers les énergies renouvelables.

En effet, la RT 2012 propose notamment :

  • le recours aux énergies renouvelables en maison individuelle (panneaux thermiques et photovoltaïques, pompes à chaleur, bois-énergie…) ;
  • le traitement des ponts thermiques (par où la chaleur s'échappe facilement) ;
  • le traitement de l'étanchéité à l'air (test de la porte soufflante obligatoire) ;
  • une surface minimale de baies vitrées orientées au sud (au total, 1/6 de la surface des murs)
  • une mesure ou estimation des consommations d'énergie par usage ;
  • une déduction maximale de la production locale d'électricité de 12 kWh.ep/m²/an, dans le cas d'une production locale d'électricité en habitation.

De nouvelles obligations pour le maître d'ouvrage

Selon le Plan Bâtiment Grenelle, lors du dépôt de la demande de permis de construire, le maître d'ouvrage devra attester de la réalisation de l'étude de faisabilité pour l'approvisionnement en énergies et la prise en compte de la réglementation thermique.

A l'achèvement des travaux, il devra prouver la prise en compte de la réglementation thermique par le maître d'œuvre. Différents acteurs seront habilités à réaliser cette attestation : un contrôleur technique, un bureau d'étude thermique, un organisme certificateur ou un architecte.

La future RT 2020 et le développement du bâtiment à énergie positive

La RT 2012 va donner naissance au label BEPOS, qui introduira 3 exigences :

  • Des consommations conventionnelles maximales d'énergie à 40 kWhep/m²/an (pour les logements) pour les 5 usages énergétiques : chauffage, climatisation, production d'eau chaude sanitaire, éclairage et auxiliaires. La performance d'étanchéité à l'air est renforcée de 0,6 m3/H/m3 à 0,4 m3/H/m3.
  • Les consommations pour les autres usages de l'électricité non compris dans le calcul règlementaire (électroménager et électrodomestique) feront obligatoirement l'objet d'une évaluation.
  • La production locale d'électricité sur la parcelle sera prise en compte dans le calcul et permettra deux profils de bâtiment : les bâtiments producteurs d'électricité et les bâtiments à énergie positive. Et ce, lorsque la production annuelle est supérieure à la consommation totale d'énergie, tous usages confondus (5 usages règlementés + tous autres usages). 

Le projet de la RT 2020 est de généraliser ces exigences du label BEPOS à l'ensemble des bâtiments.

Plus d'informations sur le site : http://www.effinergie.org/site/Effinergie/BBCPlusEtBEPOS  

Dans ce contexte, le bois a un vrai rôle à jouer dans le cadre de ces évolutions réglementaires, en structure, en isolation et en énergie de chauffage.

 

  • Pages :
  • 1
  • 2
  • 3