Le bois, performances et technologie

Le bois est synonyme de beauté, de chaleur, de confort… Mais pas seulement ! Les qualités esthétiques du matériau bois ne doivent pas faire oublier ses remarquables performances techniques.

Noter cet article :

12345

La fiabilité alliée à la légèreté

L'utilisation croissante du bois en construction tient autant à ses qualités intrinsèques (solidité, souplesse, légèreté, stabilité, durabilité, intégration visuelle dans l'environnement…) qu'aux nouveaux matériaux auxquels il a donné naissance. Lamellé-collé, lamibois, bois massifs reconstitués, poutre en I, panneaux massifs contrecollés… ont ouvert aux architectes et aux maîtres d'œuvre de nouveaux horizons.

Les nouveaux visages du bois

Lamellé-collé

Très utilisé depuis les années 60, ce matériau permet d'obtenir des poutres ou des arcs de portée et de résistance exceptionnelles. Il est obtenu par collage de lamelles de bois abouté et raboté disposées à fil parallèle. Une fois encollées, les poutres ou arcs sont pressés le temps que la colle polymérise. Les récents progrès réalisés dans la composition des colles et l'apparition des techniques à hautes fréquences a considérablement diminué les temps de collage et les coûts de fabrication.

Lamibois

Poutre de hautes performances réalisée en lamellé-collé de placage de résineux sur chant. Les placages de 3 mm d'épaisseur obtenus par déroulage sont collés à chaud, fil sur fil, par joints décalés. Ses caractéristiques mécaniques sont supérieures à celles du bois massif.

Bois massifs reconstitués (PSL et LSL)

Deux produits obtenus par recollage de placages. Les PSL (Parallel Strand lumber) sont réalisés à partir de bandes de placages étroites et longues disposées à fils parallèles, encollées et pressées en continu (Parallam™). Ils permettent de réaliser des poutres à forte section, présentant des caractéristiques mécaniques élevées. Les LSL (Laminated Strand lumber), constitués de bandes de placages plus courtes, sont des éléments plans (en plateaux). Ils sont surtout utilisés comme panneaux autoporteurs à plat.

Poutre en "L"

Membrure en bois massif et âme à base de panneau. Son poids peut être inférieur de 40 % à celui d'une poutre en bois massif de même résistance, elle est donc manuportable.

Panneaux massifs contrecollés

Composés de pièces de bois massif collées en couches croisées afin de contrarier les variations dimensionnelles du panneau fini en œuvre, ces panneaux d'épaisseurs très variables (de 1,5 à 60 cm) peuvent atteindre de grandes dimensions (jusqu'à 3 m sur 16,50 m). Minces, ils sont utilisés pour réaliser des bardages et en agencement. épais, ils sont employés en structure pour la réalisation de murs, de planchers, de cloisons ou encore de panneaux de toiture.

Des chantiers de haute technicité

Ces matériaux, usinés par commande numérique de précision s'assemblent par connecteurs métalliques.

Leur haut degré de préfabrication a raccourci les temps de chantiers tout en conservant la légèreté et les qualités anti-sismiques du bois.

Quelques chiffres

La résistance du bois à la compression axiale (dans le sens du fil) est élevée : il faudrait une charge de 10 tonnes pour écraser un cube en chêne de 5 cm de côté. Une poutre de 3 m de portée capable de supporter 20 tonnes, pèse 60 kg en résineux, 80 kg en acier, 300 kg en béton armé.

Des réalisations spectaculaires

Ces matériaux de haute technologie permettent d'atteindre des portées, des formes et des résistances qui n'ont rien à envier au béton ou à l'acier pour la construction de grandes surfaces commerciales, bâtiments industriels, piscines, salles de sport, ponts…

Le plus grand pont routier au monde

Le plus grand pont routier du monde en bois est le pont de Flisa en Norvège, il mesure 181,5 m de long ; son faible poids a permis de réutiliser les fondations de l'ancien pont. Le pont de Crest (Drôme), record français, est en lamellé-collé de douglas local ; il mesure 92 mètres.