Bois lamellé : esthétique de la structure

Liberté de formes pour architecture créative

Facile à travailler, le bois lamellé permet de créer des structures originales, voire audacieuses. Une liberté créative très appréciée des professionnels.

Noter cet article :

12345

La poutre au service de l'imagination

Dans une structure en bois lamellé, tout évolue à l'envi. A commencer par les sections. Elles se déclinent le plus souvent en deux formes : des poutres rondes ou parallélépipédiques, avec une possibilité intermédiaire ovoïde. La forme d'une section peut également évoluer d'un bout à l'autre de la poutre, passant par exemple du carré au rond, ou même se dédoublant. Le volume des poutres s'accorde alors aux besoins esthétiques du bâtiment.

Le bois lamellé autorise en outre différentes formes de poutres. Ainsi, on peut obtenir des lignes directrices droites ou courbes, à inertie constante (la section est la même tout du long de la ligne directrice) ou variable (changement de section sur la poutre). Pour ce faire, les industriels proposent une réponse adaptée avec un usinage de grande qualité : les coupes, biseautages et arrondis sont réalisés avec une précision extrême par des machines à commande numérique.

Arc à inertie variable  Arc à inertie constante
Poutre droite à
intertie constante
Poutre droite
à intertie variable

Toutes les structures possibles

La diversité de ces formes de sections et de poutres autorise des dessins d'ouvrages aux formes multiples, souples et originales. Si, par ailleurs, on prend en compte l'exceptionnelle portée du bois lamellé (jusqu'à 40 mètres pour des chantiers courants et au-delà de 100 mètres pour des chantiers exceptionnels), les possibilités architecturales semblent quasiment infinies. Non seulement, tous les types de volumes sont envisageables, mais en plus, la structure devient un véritable spectacle ! Nombre d'ouvrages intégrant une structure en bois lamellé osent ainsi les rondeurs ou la rigueur, et font apparaître cette structure qui participe à l'élégance de l'ensemble.

Assemblages : visibles ou discrets ?

La structure en bois va de paire avec des liaisons, assurant l'assemblage des éléments entre eux. On pourra au choix "encastrer" deux éléments, ou leur permettre une certaine mobilité (rotation ou glissement). Concrètement, ces assemblages peuvent être réalisés en bois (méthode traditionnelle) ou par l'intermédiaire de pièces métalliques (plaques, tiges filetées, goujons...).

D'un point de vue visuel, deux écoles cohabitent :

  • Celle du tout apparent, qui met en œuvre des assemblages faisant partie intégrante de la structure et volontairement visibles, afin d'exprimer la technicité de l'ouvrage.
  • Celle de la discrétion, où il s'agira davantage de masquer les liaisons, afin que seul le bois ressorte de l'ensemble.
Appui glissant Encastrement Pivot

Si, de prime abord, il semble évident que la méthode discrète est plus "plastique" car plus lisse, des assemblages repérables peuvent conférer un aspect "technologique" attractif. Très en vogue ces derniers temps, les détails ramenant la technique au plan visuel se sont largement imposés, remettant l'esprit "industriel" sur le devant de la scène.