Face au feu, l’atout bois

Construction bois, les bonnes solutions

La résistance et la réaction au feu sont deux points à étudier en amont du chantier, pour assurer la meilleure sécurité possible. Selon le niveau d’exigence imposé par la nature du bâtiment, les éléments en bois doivent être protégés par des plaques de plâtre ou des matériaux ininflammables.

Noter cet article :

12345

Les points à surveiller

Assurer la résistance au feu des charpentes

La charpente est essentielle à la bonne tenue de l'ensemble. Elle doit être en mesure de supporter son poids, celui des matériaux de couverture, mais aussi de résister au vent. Lors d'un incendie, la tenue de la charpente doit permettre l'évacuation de ses occupants. Pour cela, une épaisseur minimale est déterminée dans le DTU bois-feu 88.

On distingue :

  • les charpentes traditionnelles réalisées au moyen de fermes façonnées en entreprise et mises en œuvre sur le chantier,
  • les charpentes industrielles avec fermettes façonnées et assemblées en usine par des connecteurs métalliques.

Pour ce deuxième cas, l'ajout de plaques de plâtre est obligatoire en guise de protection contre le feu.

Assurer la résistance au feu des parois

La stabilité des éléments de structure doit être assurée pendant toute la durée nécessaire à l'évacuation des occupants. La résistance au feu d'une paroi dépend du type de parement utilisé. On renforce la protection en ajoutant des plaques de plâtre classiques (BA13), des panneaux bois-ciment, des panneaux en gypse ou encore un panneau de bois en surépaisseur.

Assurer la résistance au feu des planchers

Particulièrement importante pour garantir la stabilité du bâtiment, la résistance au feu des planchers doit être soigneusement étudiée. Les planchers intermédiaires, dans un bâtiment à plusieurs étages, doivent être protégés avec un élément coupe-feu de la lame d'air présente dans le mur extérieur et le mur mitoyen. Une chape en béton rapporté peut être mise en œuvre à cette fin.

Assurer la résistance au feu des façades

En règle générale, les parements extérieurs des façades doivent répondre aux normes M3, ou être réalisés en bois, sauf si la règle C+D n'est pas appliquée à l'ensemble de la façade : auquel cas, le revêtement doit être classé M2. Des mesures doivent également être adoptées pour éviter le passage rapide de flammes ou de gaz d'un étage à l'autre, par la jonction façade-plancher. L'efficacité des dispositions est à démontrer lors d'un essai.

L'exigence de réaction au feu pour les matériaux va croissant, du sol au plafond. Dans un établissement recevant du public (ERP), les exigences réglementaires sont "M4-M2-M1" pour "sol-mur-plafond". Le mobilier doit répondre aux critères M3.

Pour en savoir plus, les sites internet

  • Les essentiels du Bois n° 4  - CNDB /professionnels/documents-reference/brochures/securite-incendie
  • Centre technique du bois et de l'ameublement - CTBA www.ctba.fr
  • Centre national de prévention et de protection - CNPP www.cnpp.com
  • Division "Etudes et essais feu" du Centre scientifique et technique du bâtiment - CSTB - www.cstb.fr
  • Institut national de recherche et de sécurité - INRS www.inrs.fr
  • Association française pour la protection passive contre l'incendie - AFPI www.afppi.org
  • Groupement technique français contre l'incendie - GTFI Syndicat regroupant des fabricants, applicateurs et distributeurs de produits destinés à améliorer la réaction au feu et à assurer la résistance au feu de matériaux www.gtfi.org