Extension d'un collège

C'est à Clermont en Argonne à 30 km de Verdun que l'architecte Julien Defer a réalisé une extension en bois pour la demi-pension d'un collège. Un projet englobant l'agrandissement des cuisines et de la salle de restaurant, et la création de sanitaires pour le personnel. L’extension devait également réunir l’ensemble des élèves et professeurs autour d’un seul service.

Noter cet article :

12345

Fiche technique

  • Lieu : Clermont en Argonne
  • Surface terrain : n.c
  • Année de construction : 2005-2006
  • Bois utilisés : la charpente et l'ossature sont en sapin du Nord, le bardage est en sapin traité en autoclave

Rencontre avec l'architecte

Julien Defer

Depuis que je me suis installé comme architecte, je collabore avec une entreprise locale spécialisée dans les charpentes et l'ossature bois. J'apprécie le bois pour la liberté architecturale qu'il offre, pour son esthétisme et aussi parce qu'il s'inscrit dans une démarche de développement durable.

Les plans

Le Conseil général souhaitait modifier le bâtiment abritant la demi-pension. Le projet englobait l'agrandissement des cuisines et de la salle de restaurant, ainsi que la création de sanitaires pour le personnel.

360x480-plan-extension-college-1

Plan des façades de l'extension.

360x480-plan-extension-college-2

Plan global de l'extension.

 

Le projet

Les réalisations de Julien Defer s'inscrivent dans une démarche de développement durable.

C'est pourquoi il privilégie toujours les essences de bois locales, ou d'une provenance proche du lieu du chantier.

Ici, la charpente et l'ossature sont en sapin du Nord. Lebardage, en sapin traité en autoclave, offre une grande résistance au temps et aux intempéries.

 

360x480-extension-college-3

 

 

Réunir tous les élèves et professeurs
autour d'un seul service de restauration.

 

 

Le toit

360x360-toit-4

Un toit en forme de coque de bateau renversée.

Le toit, en forme de coque de bateau inversée, est  posé sur un portique en lamellé collé légèrement cintré.

Cette forme a notamment pour but d'agrandir les fenêtres de la façade exposée au sud, afin de capter un maximum d'ensoleillement en hiver.

En été, les fenêtres sont protégées des rayons du soleil par des débords de toit.

L'étanchéité de la toiture est réalisée par une membrane synthétique écologique installée à la manière d'un liner de piscine.

 

L'extension du collège

360x300-debords-toit-5

La profondeur des débords de toits et des brise-soleil sont calculés en fonction de la course du soleil tout au long de l'année

360x300-restaurant-6

A l'intérieur, du bois toujours : avec du mobilier en hêtre naturel pour les tables et les chaises de la salle de restaurant

 

Questions à Julien Defer

Bois.com : Des soucis particuliers concernant le budget de cette réalisation ?

J.D. : Non, bien au contraire. Nous sommes rentrés largement dans l'enveloppe attribuée au projet et ce malgré le fait qu'elle était établie pour une construction traditionnelle. Mais le conseil général souhaitait privilégier le matériau bois, ce que je préconisais également. Il s'agit donc là d'un choix commun.

Bois.com : D'autres projets intégrant le bois ?

J.D. : Oui, je travaille notamment sur un projet de maison individuelle bioclimatique.
Outre un puits canadien, des panneaux solaires et une toiture végétalisée, j'ai prévu un bardage en sapin traité en autoclave, puis à l'huile de lin. Ce traitement est tout à fait écologique et protège efficacement le bardage.