Logements individuels bois : les Floribondas

L'Office HLM de Cannes a réalisé les "Floribondas", un projet de 15 logements individuels accolés, en ossature bois. Présentation de ce projet hors norme avec Géraldine Dumas.

Noter cet article :

12345

Bois.com : Pourquoi avoir choisi ce principe constructif ?

Géraldine Dumas : Deux éléments ont guidé notre choix. Un affleurement de la nappe phréatique limitait la portance du terrain sur lequel nous souhaitions construire. Dans le cas d'une structure maçonnée, cela aurait exigé de fonder les logements sur des micropieux, alourdissant le coût de la construction.

De plus, nous souhaitions des constructions intégrées au site : une ancienne roseraie, avec de très beaux mimosas que nous voulions conserver. C'est cette double exigence, respect du site et légèreté des fondations, qui nous a amenés à opter pour le bois.

Le respect du site et la légèreté des fondations, nous ont amenés à opter pour le bois.

Bois.com : Ce projet a reçu la certification "Qualité Habitat et Environnement", délivrée par l'association Qualitel. C'est le seul au sud de la Loire, et un des cinq premiers en France. Comment êtes-vous parvenus à ce résultat ?

G.D. : Une fois l'ossature bois retenue, nous avons décidé de pousser la logique jusqu'au bout, et de réaliser un projet performant au niveau environnemental. Cela nécessite un gros engagement de la part de tous les intervenants, mais l'obtention de cette certification particulièrement sélective est une grande satisfaction.

Concrètement, des solutions innovantes ont été mises en œuvre pour limiter l'impact de la construction sur le site et offrir une excellente qualité d'environnement intérieur : combles ventilés, mur extérieur respirant, isolation en ouate de cellulose...

Bois.com : L'isolation thermique est donc particulièrement soignée ?

G.D. : En effet. La ouate de cellulose garantit un déphasage thermique de douze heures, contre trois pour la laine de roche. Le confort thermique est physiquement perceptible pour les occupants, c'est une sensation que je n'avais encore jamais éprouvée.

Mais le plus spectaculaire, c'est sans doute l'isolation acoustique. Durant les phases de test, nous étions en moyenne 5, 10, et parfois même 15dB en dessous des exigences de Qualitel, pourtant draconiennes !

Bois.com : Comment s'est déroulé le chantier ?

G.D. : Il a été particulièrement propre et rapide. Mais l'avantage principal, c'est l'absence de nuisances sonores. Les éléments préfabriqués étaient déposés par camions toutes les deux semaines, rien à voir avec le ballet incessant de bétonneuses d'un projet maçonné.

A Cannes, les arrêtés municipaux sur le bruit sont particulièrement contraignants, et les riverains savent les faire respecter... Ainsi, sur mes précédents chantiers, il m'est arrivé de voir la police municipale intervenir pour faire cesser les travaux, suite au coup de téléphone d'un voisin. Pour les Floribondas, nous n'avons pas enregistré une seule plainte !

L'isolation thermique de ce projet est excellente, mais ce sont les performances acoustiques qui m'ont le plus surprise.

Bois.com : La réussite de ce projet en ossature bois vous incite-t-elle à en réaliser de nouveaux ?

G.D. : En tant que maître d'ouvrage, je n'ai pas à choisir un matériau a priori. Je tiens compte des contraintes économiques et techniques, et je sélectionne le projet le mieux adapté.

Mais il est certain qu'avec le succès des Floribondas, et l'obtention de la certification Qualité Habitat et Environnement, l'intérêt des architectes a été éveillé. Une dynamique en faveur du bois est en train de se créer dans la région.

On commence à réaliser le potentiel de ce matériau. En France, on peut être ingénieur des travaux publics sans avoir jamais eu un seul cours sur la construction bois ! Mais les choses évoluent...