Le choix d’un futur raisonnable

Le bois est un allié contre le réchauffement climatique. Choisir le bois bois, c’est mener une politique éco-responsable en faveur du développement durable.

Noter cet article :

12345

Construire en bois, c'est permettre à la forêt de se développer, puisque les coupes des arbres venus à maturité ou les coupes d'éclaircie sont les clefs de sa croissance. Une croissance qui a permis à la forêt européenne de s'accroître fortement (en France, elle a doublé en deux siècles) grâce à une gestion durable assurée par les états sur leurs domaines et par des dizaines de milliers de propriétaires forestiers.

La vitalité de la forêt européenne, sa biodiversité, la variété de ses essences en font un patrimoine naturel et économique de grande qualité. Et pourtant, c'est une forêt sous-exploitée puisqu'on ne prélève que 2/3 de la croissance annuelle de bois sur pied. Acheter du bois est donc un acte citoyen qui permet de soutenir l'emploi en milieu rural et de lutter contre l'effet de serre. 1 m3 de bois stocke 1 tonne de carbone. Le volume annuel de bois récolté et commercialisé en France (hors bois de feu) est de 30 millions de m3, ce qui signifie que 30 millions de tonnes de CO2 sont ainsi neutralisées sur notre territoire.

Lutter efficacement contre l'effet de serre


Véritables "pompes à CO2", les forêts absorbent, grâce à la photosynthèse, une grande quantité de gaz à effet de serre. Mieux encore : le bois, une fois coupé, continue à stocker le CO2 emmagasiné par les arbres pour pousser. Principal débouché de la sylviculture, la construction est ainsi un secteur clef de la lutte contre le réchauffement de la Terre, par son potentiel de stockage de CO2, comme par ses qualités d'isolation thermique qui limite la consommation énergétique.

Le Plan national d'action pour les achats publics durables (1er janvier 2007- 31 décembre 2009) précise, en ce qui concerne le bois : "En matière de bois et de produits à base de bois, les autorités adjudicatrices françaises se fixent pour objectif d'accroître sensiblement la part des bois dont l'origine licite est garantie et qui sont issus d'exploitations forestières engagées dans un processus de gestion durable, avec la perspective de porter cette part à 100 % d'ici 2010".