Le bois : un matériau d’avenir

Le matériau bois a été placé au cœur des chantiers ayant trait au bâtiment lors du Grenelle de l’Environnement. En effet, il répond efficacement aux normes énergétiques et environnementales qui vont s’imposer à court et moyen terme en France, comme en Europe.

Noter cet article :

12345

Le bois est une ressource en croissance permanente, au contraire de la plupart des matériaux fréquemment employés dans la construction. Il devient un produit phare de la construction respectueuse de l'environnement, notamment car son utilisation sur les chantiers est « propre ». Sans oublier qu'il se recycle facilement en fin de vie.

Aussi, dès 2001, son utilisation a été encouragée par les autorités françaises. L'État et les professionnels du bois avaient alors signé un Accord Cadre Bois Construction-Environnement, visant à augmenter de 25 % de son utilisation dans les bâtiments en 10 ans. À l'issue de cette période, si l'usage du bois dans la construction en France a atteint 10 %, le chemin est encore long pour égaler les 35 % des pays scandinaves. La marge de manœuvre est donc importante pour utiliser cette matière première renouvelable et propre.

Construire en bois, un engagement citoyen

Grâce aux propriétés du matériau, construire en bois permet d'affirmer son engagement citoyen envers le développement durable. La sylviculture représente en effet un important piège à CO2, devenant ainsi un partenaire essentiel dans la réduction des gaz à effet de serre. Une propriété qui colle à l'engagement français dans une démarche environnementale, avec notamment la signature du traité de Kyoto (2005) et le Grenelle de l'Environnement (2007). La France a, entre autres, repris les objectifs préconisés par l'Organisation des Nations Unies dans le cadre du « Facteur 4 » (diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050) et ceux du « Triple 20 » de l'Union Européenne, d'ici 2020 (+ 20 % d'énergies renouvelables, - 20 % d'émission de gaz à effet de serre, - 20 % de consommation d'énergie). Le bois y a trouvé une place logique.

Suite au Grenelle de l'Environnement, les comités chargés de préparer la traduction de ces objectifs en textes législatifs ont proposé différentes étapes. Depuis le début de l'année 2012, les normes d'isolation et de performance thermiques ont été renforcées dans le bâtiment, avec la RT 2012. Ces normes sont applicables pour tous les bâtiments neufs au 1er janvier 2013. La contrainte première de cette réglementation est de limiter la consommation d'énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWhEP/(m².an) en moyenne (contre 150 kWh/m²/an environ avec la RT 2005.) Plus largement, il s'agit de limiter les besoins énergétiques des constructions et d'assurer un confort de température l'été, sans climatisation. Le tout, avec une conception réfléchie, pour optimiser le bâtiment.

Dès 2020, des bâtiments neufs à énergie positive

À partir de 2020, tous les bâtiments neufs devront être à énergie positive, c'est-à-dire produisant plus d'énergies qu'ils n'en consomment. Le bois a encore été reconnu comme un outil de premier plan pour obtenir ces résultats. Aussi, un décret publié le 15 mars 2010 a augmenté les volumes minimaux de bois à incorporer dans les bâtiments dès 2012. Ils ont été multipliés par 10 dans certains cas ! Le développement durable des habitations sera donc lié à ce matériau renouvelable.