Des champions dans un cocon de bois

Chargement du player vidéo en cours, si rien ne se passe vous devrez très probablement installer la dernière version d'Adobe Flash.

Transcript →
13 May 2011 - 
1 2 3 4 5  (12 votes)
 - 757 vues

Au cœur du bois de Vincennes, sur une centaine d'hectares, les bâtiments de l'Insep sont dédiés à l'entraînement des athlètes de haut niveau. Dans cet ensemble, une nouvelle halle des sports, imposant équipement de plus de 12 000 m², a vu le jour en 2009 et réunit quatre disciplines.

C'est un véritable cocon de bois pour les champions. Une enveloppe qui se déploie comme une jupe protectrice sur le pourtour du bâtiment en un plissé de lames verticales de bois, du pin Douglas. Un habillage à claire-voie qui a toutes les vertus : filtration de la lumière, vieillissement lent et homogène, et surtout une étonnante impression de légèreté, de souplesse ondulante.

Paul Laigle est architecte. Il est le chef de projet de cette prouesse technique et esthétique.

Paul Laigle : « Un bâtiment en bois, c'est à la fois une envie, et puis c'est devenu presque une nécessité en ce moment, ça veut dire que le développement durable nous amène à utiliser le bois, et nous, architectes, on est très contents de l'utiliser.

L'avantage du bois dans la construction c'est à la fois une question financière parce qu'il se trouve que le bois, comme c'est un matériau qui n'est pas très dense, ce n'est pas un matériau si coûteux que ça, et surtout on a une qualité d'habillage, une qualité esthétique d'habillage, qu'on ne retrouve pas ailleurs. »

Une esthétique indéniable, en effet, avec ses poteaux en bois, moisés pour plus de finesse, assis sur le soubassement en béton. Avec d'étonnants plafonds en alvéoles aussi, qui, grâce au bois, permettent de dissimuler lumière et radiateurs.

Ces plafonds se retrouvent dans tout le bâtiment, conçus comme un jeu de construction. Ils se composent de salles d'entraînement superposées, de six ou douze mètres de haut, selon les disciplines, distribuées par une rue intérieure qui scinde le volume en deux.

Paul Laigle : « Donc on se trouve ici dans la salle de taekwondo, donc ça fait partie de ces gymnases qui sont sur une hauteur de six mètres, donc avec toujours le même principe de façades qui enserrent le bâtiment et le même principe de structure qu'on retrouve donc au plafond, et les éléments techniques qui se trouvent à l'intérieur.

L'ambiance qu'il y a l'intérieur des gymnases, c'est quelque chose de très, très silencieux, l'acoustique dans les salles a été vraiment très étudiée, parce que c'est l'endroit de la concentration. Alors une fois qu'on est sorti de la concentration, de cet effort de la performance, et qu'on se retrouve dans cette rue intérieure, on avait envie qu'il y ait un petit peu de vie, et le bois, c'est aussi ce son particulier des pas. »

Le bois, beau, puissant, performant, est ici à la hauteur des 500 athlètes qui s'entraînent dans le bâtiment en vue des J.O. de 2012.

Merci à Paul Laigle pour sa participation. Réalisation : Pascal Moret et Valérie Rossellini. Enquête : Hélène Rochereuil. Image et son : Pierre Grillot. Montage : Valérie Mérie. Mixage : Antonin Molino. Producteur : Fabrice Papillon. Production exécutive : Scientifilms.

Des champions dans un cocon de bois

La toute nouvelle Halle de Sport de l'INSEP met le bois à l'honneur. Construite en pin Douglas, elle présente un étonnant mariage d'esthétique et d'utilitaire. Respect du développement durable, rapport qualité-prix exceptionnel, facilité de mise en œuvre incomparable, jeux d'espace et de lumière audacieux… Voilà un premier aperçu des avantages de l'utilisation du bois dans cet ouvrage. Un lieu empreint de liberté, entièrement voué à l'entraînement des athlètes.

Fiche technique

  • Reportage : mars 2011
  • Lieu : Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) à Vincennes (Val-de-Marne)
  • Avec : Paul Laigle, architecte