Les feuillus et les résineux

Chargement du player vidéo en cours, si rien ne se passe vous devrez très probablement installer la dernière version d'Adobe Flash.

Transcript →
6 Feb 2012 - 
1 2 3 4 5  (5 votes)
 - 691 vues

Nous sommes dans la forêt d'Ivoy, non loin d'Orléans, dans le Loiret. Le gérant de ce groupement forestier familial, BERAUD DE VOGUE, accompagné de GILLES DE BONCOURT, directeur général de la coopérative forestière Unisylva, montre comment feuillus et résineux cohabitent dans ce bois.

Béraud de Vogüé : Alors, on va regarder le plan.

Gilles de Boncourt : Alors sur quelle allée sommes-nous?

Béraud de Vogüé : Nous sommes sur cette allée-ci.

Gilles de Boncourt : C'est ça.

Béraud de Vogüé : Nous sommes à peu près ici.

Gilles de Boncourt : Ah, voilà, à l'intersection entre ces différentes parcelles que nous situons là.

Béraud de Vogüé : Oui, à l'intersection entre une parcelle de Douglas, une parcelle de... qui était une parcelle de mélèze, qui est maintenant en régénération naturelle, une parcelle de résineux ici, encore une fois, et une parcelle ici où nous avons planté pour partie des pins Laricio et pour l'autre des chênes Cécile.

Gilles de Boncourt : Le groupement forestier est bien organisé.

Les choix de plantation dépendent de la nature du sol.

Gilles de Boncourt : Alors vous avez un sol plus facile là.

Béraud de Vogüé : Oui, c'est une argile à silex qui est assez pauvre. C'est la raison pour laquelle nous avons privilégié dans la reconversion de la forêt, nous avons privilégié des résineux, et entre autres des pins Laricio de Corse qui sont beaucoup plus tolérants sur ces sols pauvres. Alors que sur l'autre parcelle on a un sol beaucoup plus riche, ce qui nous permet de justifier la régénération naturelle des chênes.

Gilles de Boncourt : C'est très complémentaire aux feuillus !

Résineux et feuillus, arbres jeunes ou plus vieux, sont cultivés sur des parcelles voisines, assurant une gestion équilibrée de la forêt. Et la production est destinée à des usages différents selon l'espèce.

Gilles de Boncourt : Quand on voit celui-là qui sont des arbres qui vont être utilisés dans la construction, qui sont... c'est le roi des arbres dans le monde, celui-là, pour la construction il est recherché dans le monde entier, ce fameux Douglas, parce que c'est un bois de structure exceptionnel. C'est donc tout-à-fait complémentaire aux feuillus.

Béraud de Vogüé : Alors, ce hêtre ! Que va-t-on en faire?

Gilles de Boncourt : Ah ben oui, alors... Avec ce hêtre, on a sur trois mètres une qualité de menuiserie qui va permettre de faire de l'escalier, par exemple, des entreprises qui sont tout-à-fait modernes qui font des escaliers en hêtre. C'est un usage qui existe depuis très longtemps, très longtemps.

La production des résineux comme des feuillus peut être valorisée dans différents secteurs : papier, bois énergie, tonnellerie, panneaux, emballage ou encore structures pour la construction et menuiseries, intérieures comme extérieures.

Merci à Béraud de Vogüé et Gilles de Boncourt pour leur participation. Enquête : Ioana Sincu. Réalisation : Valérie Papillon. Montage, mixage et journaliste : Dove Belhassen. Image et son : Pierre Grillot et Dove Belhassen. Producteur : Fabrice Papillon. Production exécutive : Scientifilms.

Les feuillus et les résineux

La forêt française est riche d'une grande biodiversité. On y trouve des feuillus et des résineux qui sont souvent complémentaires pour une bonne gestion des sols et de la croissance de la forêt. Béraud de Vogüé, gérant d'un groupement forestier familial dans le Loiret, et Gilles de Boncourt, directeur général de la coopérative forestière Unisylva, présentent les usages nécessaires pour leur bonne cohabitation en forêt.

Fiche technique

  • Reportage : décembre 2011
  • Lieu : Forêt d'Ivoy (Loiret)
  • Avec : Béraud de Vogüé, gérant d'un groupement forestier familial, et Gilles de Boncourt, directeur général de la coopérative forestière Unisylva