Mariage des matériaux : la Halle Pajol

Chargement du player vidéo en cours, si rien ne se passe vous devrez très probablement installer la dernière version d'Adobe Flash.

Transcript →
24 Dec 2012 - 
1 2 3 4 5  (4 votes)
 - 503 vues

La ZAC Pajol au cœur du 18ème arrondissement de Paris, est bâtie au carrefour d’un mariage très dense d’habitations de chemin de fer et d’anciens entrepôts. C’est ici qu’une ancienne structure métallique vouée à la démolition donne aujourd’hui un parfait exemple de développement durable, et d’éco quartier dans un projet architectural parfaitement écologique. Pour Françoise Hélène JOURDA, l’une des rares spécialistes de la construction durable, le défi était de taille : il fallait à tout prix garder la structure métallique complexe, mais elle empêchait tout approvisionnement en matériaux lourds et de grande dimension. Pour elle, la solution était toute trouvée : des matériaux légers et préfabriqués en bois qui viendront s’insérer dans cette structure préexistante. Quant au béton, lui, il sera coulé sur place. Un mariage unique de 3 matériaux est né.

H. Jourda : La grande innovation de ce bâtiment c’est d’associer, à la fois techniquement et architecturalement, trois matériaux. D’une part, il y a la charpente métallique, qui était la charpente existante à l’intérieur de laquelle on est venus se glisser. D’autre part le bois et au dessus on est venus couler des dalles béton pour donner au bâtiment une grande inertie thermique et donner ainsi un confort maximal aux futurs occupants.

Dans ce complexe unique en son genre, le bois sous toutes ses formes pourra s’exprimer pleinement.

H. Jourda : Alors certains pourraient penser qu’il s’agit d’un simple bâtiment recouvert de bardage bois. Pas du tout : toutes les façades que vous voyez ici sont des murs porteurs, en bois, qui portent l’ensemble de l’édifice que vous voyez ici, et les planchers.

Des murs porteurs en bois pour supporter 4 étages, mais aussi des poteaux poutres porteurs en lamellé collé.

H. Jourda : C’est l’ensemble du bâtiment en fait qui est porté par des structures en bois. Ici on a un poteau en bois sur des platines métalliques qui supportent la dalle béton. Mais ce sont bien ces éléments massifs en bois qui portent les 4 étages, uniquement avec du bois.

Si le bois sert de structure porteuse dans ce défi architectural, il est également présent sous sa forme la plus traditionnelle.

H. Jourda : On n’a pas utilisé le bois uniquement pour la structure ou les façades, mais aussi pour toutes les menuiseries, également pour des éléments d’aménagement intérieurs, comme par exemple les escaliers. Même les escaliers de secours sont en bois. Mais aussi des éléments de finition, de faux plafonds, de parois verticales… Voilà, le bois a été utilisé au maximum des possibilités que nous offrait ce chantier.

Du bois visible, en structure et en décoration, mais du bois également niché au cœur de l’édifice.

H. Jourda : Là, nous nous trouvons dans une grande salle de la bibliothèque de la ville de paris, qui est installée sur le site, sous cette grande charpente. Ici la totalité du bâtiment est en bois. Vous en voyez les charpentes mais il n’y a pas que cela : les faux plafonds sont en fibre de bois, et toute l’isolation, ici 40 cm, c’est de la ouate de cellulose.

Un pari gagné pour cette architecte qui verra naître ici dans quelques mois, un complexe répondant aux normes écologiques les plus strictes. Dans ce complexe prendront place une bibliothèque, une auberge de jeunesse, un collège, un centre sportif, des bureaux et des commerces. Et le tout, grâce au mariage du bois avec le béton, et le métal.

H. Jourda : Il s’agit là d'une innovation technique importante et qui va certainement être une solution d'avenir, que de mixer des matériaux différents pour au bout du compte, avoir un bâtiment qui soit le plus efficace possible, et le plus confortable possible pour ses futurs utilisateurs.

Merci à Françoise Hélène Jourda. Réalisation, opérateur grue et travelling, montage : Dove Belhassen. Enquête : Hélène Rochereuil. Image et son : Antony Noyelle et Pierre Grillot : Dov Belhassen. Mixage : Antony Noyelle. Producteur : Fabrice Papillon. Production exécutive : Scientifilms.

Mariage des matériaux : la Halle Pajol

Imaginé par l’architecte Françoise-Hélène Jourda, le projet architectural de la Halle Pajol est entièrement écologique. Situé au cœur du XVIIIe arrondissement de Paris, il associe des matériaux durables tels que le bois. Avec ses 3 500 m² de panneaux photovoltaïques, la Halle Pajol deviendra la première centrale solaire photovoltaïque urbaine en France. La mixité des matériaux bois/béton et la structure métallique, conservée pour mémoire, s’inscrivent dans un programme d’éco-construction d’une ampleur sans précédent. Françoise Hélène Jourda, explique pourquoi le bois a permis de mener à bien un tel projet exemplaire, à la fois sur le plan énergétique et au niveau de la gestion des ressources.

Fiche technique

  • Reportage : Septembre 2012
  • Lieu : Paris
  • Avec : Françoise Hélène Jourda – Jourda Architectes